par Arnaud Huber

 


Lire un extrait
- Mot de l'auteur

Commander - Revue de presse

L'avis des lecteurs - Dédicaces


Toi, Moi & Morrissey est un texte à deux voix qui s’entrecroisent, se tutoient, se superposent et se rejoignent à la fin : celle, au présent, du narrateur qui assiste à son premier concert du chanteur Morrissey, ex-leader des Smiths, aux Eurockéennes de Belfort, juste avant la retransmission d’un quart de finale de coupe du monde entre la France et le Brésil ; et celle, au passé, de sa mémoire, qu’il interroge au moyen d’une profonde quête personnelle, affective et musicale, afin de comprendre comment, de rendez-vous ratés avec la musique du « Moz » en rencontres sentimentales sans lendemain, il a fini par devenir « fan de Morrissey ».

Arnaud HuberToi, Moi & Morrissey est un roman qui nous interroge sur les relations complexes que l’art en général et la musique en particulier entretiennent avec notre existence, sur la façon dont la musique peut servir à rythmer notre mémoire et construire notre présent, dont la bande-son de notre vie peut nous influencer au plus profond de notre inconscient.

Concepteur-rédacteur publicitaire, Arnaud Huber a mis son sens des mots et son amour de la musique au service et au cœur de son premier roman. Il a 36 ans et vit en Lorraine.


Commander ce livre
144 pages - paru le 6 septembre 2010 - 12 €
ISBN : 978-2916560-168
(Autour du livre / Coll.Récits Rock)

Remonter en haut de la page

L'avis des lecteurs

11 avis

Coups de cœur des vendeurs :
JOHANN de FNAC Le Havre (02/2011)
Fan de...
Entre le témoignage et la fiction l'auteur nous fait voyager dans le temps, les souvenirs et les émotions. Au delà de Morrissey, cette histoire devient l'histoire de tout fan cherchant à se remémorer la premiere fois où il a entendu son idole. Passionant de bout en bout.

 

Ou comment le "Moz" a bouleversé des existences...
Fan absolu du "Moz", le titre énigmatique de ce livre m'a forcément vivement attiré. Arnaud Huber nous propose de suivre, à travers le concert donné aux Eurockéennes de 2006 par Morrissey, comment il est tombé "amoureux" de l'univers du chanteur des Smiths.
Cette plongée dans le plus profond de l'âme du narrateur se révèle passionnante grâce à l'habileté de l'auteur pour mêler ses atermoiements personnels avec les chansons de Morrissey. Si l'écriture est simple, elle n'en est pas moins efficace et s'avère particulièrement touchante. Le lecteur se situe alors au croisement du psychisme d'un jeune homme lambda et de celui de Morrissey, du moins tel que pense le percevoir le narrateur. Certes, quelques rares passages viennent ralentir l'histoire et font baisser l'intensité, mais ils ne gâchent nullement la qualité globale de l'ouvrage.
De plus, si le livre est intéressant à lire pour tout fan de Morrissey, il ne se limite pas à une vague histoire avec en toile de fond les chansons de ce dernier. En effet, le roman d'Arnaud Huber parvient en parallèle de l'intrigue à montrer l'importance que peut jouer la musique en imprimant à jamais des "séquences mémorielles" dans nos souvenirs. Ainsi, tout le monde se souvient d'une chanson entendu le jour d'un évènement qui l'a marqué ou qui l'a touché. Le point de vue qu'utilise l'auteur dans ce roman rend idéalement compte de ce phénomène psychologique ; ce qui est notable pour ce qui se présente comme un simple roman.
En conclusion, un bon ouvrage à recommander à tout amateur de musique, et surtout aux aficionados du "Moz" !
Pierre-Yves Champenois, Lyon, 13/12/2010 (amazon.fr)

Un vrai bon moment de lecture!
Un style agréable et sans prétention
Morda, 04/12/2010 (morrissey.forumactif.com)

j'ai fort apprécié le livre pour le style et les innombrables souvenirs du concert de Belfort mais surtout de ma jeunesse nancéienne avec tous ces lieux cités(Vertigo and co)
Nevic, 10/11/2010 (morrissey.forumactif.com)

Lu d'une traite un soir de grosse insomnie ...J'ai passé un très agréable moment et je l'ai recommandé !!!
Almalilas, 02/11/2010 (morrissey.forumactif.com)

Touchant et drôle!
"Un livre touchant et drôle qui ne s'adresse pas uniquement aux fans de Morrissey mais surtout à tous ceux pour qui la musique est la "bande son " de leur vie. Fortement conseillé!!
"
Mozfan, 30/09/2010 (fnac.com)

Pour tous les amoureux de musique et pas que de Morrissey
"On a tous des artistes ou des morceaux qui nous suivent toute notre vie. J'aime ce "ping pong" temporel quand tous ces souvenirs nous reviennent, qui dit vraiment le vagabondage de l'esprit quand on entend certains morceaux. J'aime aussi l'objet : son format, la couverture, le papier. C'est un objet intime. Il est juste un peu .... court comme quand le temps d'un concert passe trop vite alors qu'on a été emporté si loin de soi, et que l'on revient "dans la vraie vie" "

Cécile, Lyon, 29/09/2010 (fnac.com)

Touchant
"Voici un livre qui ne s'adresse pas seulement aux fans des Smiths ou de Morrissey mais tout simplement à tous ceux pour qui la musique a une place importante dans la vie de tous les jours. Brillant,drôle,émouvant...comme une chanson des Smiths."
SuperMoz, 27/09/2010
(fnac.com)

Un livre fabuleux !!!
On est loin de la fanitude dans ce livre. Le décor est un concert de Morissey où éclatent toutes les émotions que peut engendrer un concert où on prend un réel plaisir. Il faut juste aimer la musique et les belles histoires bien écrites pour apprécier ce texte qui m'a personnellement beaucoup touché.
Tipi, 09/09/2010
(fnac.com)

Passionnant et fort bien écrit
C'est un bon livre, passionnant et fort bien écrit. Arnaud y montre un vrai talent d'écrivain, une originalité stylistique, le sens de l'aphorisme ainsi que celui du rythme... grâce à Morrissey certainement. Bien que connaissant assez peu l'œuvre du musicien (méconnaissance que je vais combler), j'ai été porté par le récit romanesque de cette errance et éducation amoureuse au milieu des années 80 qui porte néanmoins l'universalité de toutes les aventures de nous autres pauvres hommes, face à l'énigme féminine. Je me suis reconnu à plusieurs reprises, pris en défaut par les codes féminins et totalement désarmé comme l'est l'auteur. C'est bien vu, subtil et c'est une oeuvre littéraire recevable par tous lecteurs. Le pari est réussi et je conclurai en citant cette considération pertinente de la page 13 "Le progrès, c'est la Méduse des temps modernes. Il pétrifie sur place ceux qui tentent de lui survivre.
Ph. Donny, 24/10/2010

Remonter en haut de la page


Mot de l'auteur

      

      À chaque fois que j’entends "Eye in the sky" d’Alan Parsons Project, je pense à un ami à qui cette chanson rappelle instantanément nos années lycée. Un peu comme la fameuse madeleine de Proust. Et depuis que cet ami m’a dit l’effet que produisait sur lui cette chanson, j’y associe moi aussi des réminiscences du lycée alors que jusque là, "Eye in the sky" me rappelait plutôt le collège.
      Mon ami n’est pas devenu fan d’Alan Parsons Project pour autant, et je n’écoute plus ce groupe que par nostalgie, ou pour la voix solaire du défunt Eric Woolfson. Mais l’un comme l’autre, nous ne pourrons plus entendre ce classique du début des années 80 sans penser l’un à l’autre.
      J’ai toujours su que la musique tenait dans nos vies, dans ma vie, une place à part. Qu’elle m’était, précisément, vitale. Ce qui, en soi, est plutôt banal. Et j’ai toujours fait semblant de considérer que les artistes que j’écoutais ne s’adressaient qu’à moi. Tous les fans font ça. Ce n’est pas moins banal.
      Pour autant, je n’ai jamais été un fan hardcore. Tout au plus ai-je dépensé un peu plus d’argent que de raison pour m’offrir un bootleg ou une compilation de chutes de studio mal enregistrées. Je m’avoue également assez client des t-shirts que vendent les roadies les moins bourrus à la fin des concerts. Même si, à quelques exceptions près, je ne les porte presque jamais car, il faut bien le dire : ils sont souvent moches.
      Peter Gabriel, Pixies, a-ha, Mogwai, Nick Cave, Radiohead, Joe Jackson, Divine Comedy, j’en passe : je n’ai jamais cherché à leur ressembler, à percer leur intimité ou à dépister un sens caché derrière les mélodies ou les paroles de leurs chansons. Pourquoi donc ai-je écrit "Toi, Moi & Morrissey" ? Parce que néanmoins, et même si c’est banal, la musique accompagne, influence et fait partie intrinsèque de notre existence. Parfois sans que l’on s’en rende compte. Et longtemps je ne me suis pas rendu compte que Morrissey en faisait partie. Comme Bruce Springsteen, les Beatles, Elliott Smith ou Britney Spears, peu importe, font peut-être partie de la vôtre.
      Mais à quel point a-t-on besoin de la musique pour rythmer sa mémoire ? Comment se sert-on de la musique pour se souvenir ? Voilà les questions auxquelles j’ai voulu répondre en écrivant "Toi, Moi & Morrissey". En réalisant cette enquête intime pour trouver le lieu, l’arme et le, ou la, responsable de mon culte pour Morrissey…

Arnaud Huber


Lire un extrait...


La règle de l’île déserte

 

      Une heure. Ou deux. Ou trois. Ça représente quoi ? Cinquante à cent cinquante pages d’un bouquin imprimé serré ? Bien serré ? Aussi. Mais encore…
      À l’heure de ces lignes, tu sais précisément quel a été l’effet de l’herbe sur toi. Tu sais que tu as voyagé dans le temps. Un voyage de quelques heures qui, en vérité, a duré des années. Le principe même d’un voyage dans le temps. Comme si, avec ce joint, tu étais sorti de la boucle temporelle dans laquelle tu t’es perdu le jour où tu as entendu parler de Morrissey pour la première fois. Reste à savoir à quand remonte ce jour. Et qui t’en a parlé.
      Qu’on se rassure ! Tu ne vas pas te mettre à soliloquer sur les trous noirs et la physique quantique. Tu n’y connais rien. Et tes convictions te portent à croire que le ridicule tue. Tu sais seulement que lors de cette boucle temporelle se sont immiscés tous les instants de ta vie liés à l’œuvre de Morrissey. Un peu comme on voit, paraît-il, repasser toute sa vie au moment de rendre l’âme. Le temps d’un concert et d’un match de coupe du monde, ces instants ont défilé devant tes yeux.
      Tu sais aussi que bien souvent, c’est grâce aux paroles d’une chanson que tu t’es tiré de certains mauvais pas. Certes, tu ne t’es jamais retrouvé suspendu dans le vide à une corde sur le point de céder. Et en admettant que cela te soit arrivé, ce n’est pas en te souvenant des paroles d’Hanging On The Telephone des Nerves que tu t’en serais sorti. D’autant que tu préfères la reprise de Blondie. Mais pour surmonter une rupture douloureuse, se tirer d’une conversation mal engagée, les chansons sont d’imparables antisèches. Oui, aussi commun que cela puisse paraître, les chansons ne sont pas des bouteilles à la mer mais des bouées de sauvetage, des ambulances, des vitres à briser en cas d’urgence.
      S’il ne t’est donc jamais rien arrivé de plus périlleux que de glisser sur une plaque de verglas, tu peux toutefois affirmer que certaines chansons t’ont sauvé la vie. Tu n’es pas le seul ! Tu le sais. Les résultats d’un sondage commandité par la BBC et sur lequel tu es un jour tombé te l’ont confirmé. Non pas que tu aies besoin de conclusions statistiques pour le croire ! Mais tu es comme tous les Français. Tu aimes bien les sondages.
      The song that saved your life, interrogeait celui-ci. « Quelle chanson vous a sauvé la vie ? » Bingo ! Être touché, ému, transporté, consolé par une chanson, il n’y a rien de mieux pour se sentir fier de passer pour un imbécile heureux. Ni la raison ni l’orgueil n’ont à voir avec le plaisir que l’on peut prendre à écouter, ré-écouter, jusqu’à l’abîmer, une chanson.
D’où la présence, dans ce sondage, de quelques évidences. Glory Box de Portishead, Everybody Hurts de REM. Et de choses plus incompréhensibles. I Believe In A Thing Called Love du groupe Darkness par exemple. Du hard rock d’un autre temps, inavouable période où les écussons de Status Quo fleurissaient sur les vestes en jean comme les boutons d’acné sur les visages des lecteurs de Tolkien.
      En tête du classement, une autre évidence. Une de ces chansons à géométrie variable. Une chanson capable de tout ! De vous expédier au fin fond du désespoir à grands coups de pied dans le cœur. De vous en sortir presque de la même manière, gonflant votre palpitant d’un souffle de joie inespéré. Résultat aussi pro-bant que le Good Day Sunshine des Beatles un lendemain de beuverie. Elle figure au classement d’ailleurs. Pas étonnant ! Le plus brillant des ingénieurs en cosmétologie ne trouvera jamais la formule d’un gel tonifiant plus efficace qu’une chanson pop bien troussée.
En tête de liste, I Know It’s Over, des Smiths. Nous y voilà ! Une mélodie indomptable. Une mélodie qui rend indistincts le jour et la nuit. Des paroles si intimes, si indécentes, qu’elles traduisent les tourments de milliers d’âmes en proie au calvaire de la solitude et dont tu fis partie. Et cette voix, bon dieu… Cette voix ! Cette émotion que charrient les cordes vocales de Morrissey.
      Tu emporterais cette chanson sur une île déserte sans hésiter. Comme tous ces gens qui ont voté pour elle le feraient. Tu tenterais bien de tricher pour y emporter d’autres merveilles. Une compilation de tous tes titres cultes. Et des pieds de Sémillon, de Sauvignon et de Muscadelle, pour assembler un Monbazillac que tu baptiserais sottement Robinson.
      Évidemment, de même que celui qui trouverait la lampe merveilleuse d’Aladin se plierait aux règles de son bon génie, tu finirais par te plier à la règle ascéti-que de l’île déserte. I Know It’s Over, un baladeur, une batterie solaire. Et tu conspues tous les possesseurs de baladeurs MP3 160 Go qui, à force de trimballer toute leur discothèque à portée de main, ont perdu toute forme d’abnégation. Pourquoi ? Si tu le savais, tu n’écrirais pas ces pages. Tu n’irais pas plus loin. Tu les tiendrais ! Le lieu, l’arme et l’auteur du culte. Et tu te sentirais bien. Comme tu te sentirais bien.

© 2010, Autour du livre.

Remonter en haut de la page


Commander ce livre

Vous pouvez commander cet ouvrage depuis ce site en payant par carte bancaire, via paypal. Il vous sera expédié dans les 24 h de la réception de votre commande (à compter de sa parution).

Livre
Livraison en France
métropolitaine
Livraison à l'étranger
(Zone A -
Europe)
Livraison à l'étranger (Zone B)
Etats-Unis, Canada, Dom-Tom



144 pages - paru le 6 septembre 2010

12€                       EAN: 978-2916560-168

Remonter en haut de la page


Revue de presse

Contact presse : contact @ adlivre.com – 06 86 66 27 57

                
   

 


  3 juillet 2011

« Toi, Moi & Morrissey » : un livre né aux Eurocks 2006

Fidèle des Eurockéennes depuis 1992, Arnaud Huber vient cet après-midi au festival pour y présenter un livre né lors du concert de Morrissey au Malsaucy, en 2006, une véritable révélation pour cet ex-Thannois de 36 ans, qui travaille depuis dix ans dans une agence de publicité à Metz.

« Il n’y avait qu’un seul de ses albums que j’appréciais vraiment, mais pendant le concert, des tas de souvenirs me sont revenus, explique-t-il. C’est un livre à deux voix : l’une, au présent, qui raconte cette journée de concert et de quart de finale de la Coupe du monde de football, l’autre qui plonge dans le passé pour comprendre comment le narrateur est devenu fan de Morrissey. C’est inspiré par mon expérience, mais il s’agit avant tout d’un roman, qui parle de filles et de garçons, de notre rapport à la musique, comment elle nous construit et réveille parfois des souvenirs très précis. »

Rock, amour et football : Arnaud Huber admet avoir été « encouragé » par l’œuvre de l’écrivain anglais Nick Hornby. Devenu un fan raisonnable du « Moz » et des Smiths, « vénérant » le post-rock de Mogwai, il ira voir ce soir, après sa séance de dédicace, Arcade Fire, Arctic Monkeys et Beady Eye.

RENCONTRER Arnaud Huber sera en dédicace cet après-midi de 16 h à 18 h, au Fnac Café des Eurockéennes.

LIRE Toi, Moi & Morrissey par Arnaud Huber, Éd. Autour du livre, 144 pages, 12 €.

Olivier Brégeard

Remonter en haut de la page

 


  1er juillet 2011


Remonter en haut de la page

 


3 décembre 2010

merci de patienter quelques instants pendant le début du chargement de la vidéo...
(laissez s'ouvrir les différentes fenêtres jusqu'au démarrage du sujet)

La chronique de Laurent Parisot dans le midi pile de France 3 Lorraine

  

"J'ai eu un véritable coup de coeur pour ce "Toi, Moi & Morrissey" publié aux éditions Autour du livre. Ce premier roman est un texte à deux voix, à la fois le récit du concert donné par Morrissey aux Eurockéennes de Belfort, c'était en 2006, mais aussi souvenirs de jeunesse d'un post-adolescent en pleine quête d'identité. Le livre est construit autour de Morrissey - je re-situe juste en quelques mots - c'était le chanteur des Smiths, un groupe culte des années 80, une figure, en tout cas, du rock indépendant. Et pour en parler, son auteur venu de Metz, bonjour Arnaud Huber..."


Remonter en haut de la page

 


Novembre 2010

Les liens entre la musique et nos vies sont à la fois forts et mystérieux. C'est ce qu'explore avec finesse Arnaud Huber dans "Toi, Moi & Morrissey", où un concert du chanteur des Smiths aux Eurockéennes et ses textes de chansons ont une résonance particulière sur l'auteur."

Remonter en haut de la page

 


Novembre/décembre 2010

La dernière fois qu’on avait croisé Steven Patrick dans une fiction (hormis les clins d’œil épars de Douglas Coupland), c’était dans Mauvais Garçon (2004) de Willy Russel. Une purge. Autant dire qu’on se méfiait d’un roman affichant un titre pareil. Bonne nouvelle : on a tout faux. Loin de son intitulé égotique et monomaniaque, ce petit roman prend ses distances avec le fanatisme et s’interroge surtout sur ce qui nous rattache à une chanson, un disque et un artiste. Arnaud Huber n’est pas un amateur de la première heure et ne claque pas tous ses salaires à suivre les tournées du Mancunien. D’ailleurs, il a bêtement téléchargé Ringleader Of The Tormentors (2006). La même année, à Belfort, Huber assiste à son premier concert de Morrissey. Cette date est la trame d’un livre alternant récit dudit concert et souvenirs (post) adolescents. Narré à deux voix et à rebours, l’auteur cherche ce qui l’a séduit (mais pas immédiatement) chez l’ex-Smiths. Se souvient d’une adolescence complexée dans un corps mal fichu, d’une sexualité mal définie et d’un disque des Smiths ou de Morrissey qui croisait son chemin, par-ci, par-là. Refuge ultime pour la déprime ? Même pas, et c’est tant mieux : on est loin de l’image sépia de l’ado déprimé se réfugiant dans les mots de Wilde. Au contraire : loin de dresser le CV parfait de l’indie-kid incorruptible, Huber se souvient également de sa période hair-metal. Entre autres. De ce livre parfois maladroit émanent une réelle sincérité et un ton très personnel qui, pourtant, touche à l’universel : pas besoin de connaître le coiffeur de Jobriath ou les figurants de Coronation Street pour apprécier ces confessions pudiques. Il faut juste avoir nourri une passion pour quelques “chansons qui vous ont sauvé la vie”. Qu’elles soient signées de Morrissey ou pas. Ce qui devrait être dans vos cordes, non ?
Thibault Allemand

Remonter en haut de la page

 

 

Remonter en haut de la page


cliquez sur l'article pour l'aggrandir

Remonter en haut de la page

Quand la musique bouleverse l’existence
Un premier roman sur la chanson qui a changé votre vie

par Florent Potier
Mercredi 6 Octobre 2010 - 11:48

Arnaud Huber est un gars sympa. Celui qu’on croise au hasard d’une soirée, avec qui on discute ; on apprécie ses idées, on se laisse aller... Autant vous le dire tout de suite, je connais Arnaud Huber, l’auteur de l’ouvrage dont je vais vous parler. Et si vous lisez La Plume Culturelle, vous devriez aussi reconnaître le chroniqueur régulier de la météo des concerts. Ce jeune auteur lorrain publie son premier roman « Toi, moi & Morrissey » aux éditions Autour du Livre. Un roman qui pointe du doigt la musique quand elle parle aux tripes et à l’âme.


Arnaud Huber, auteur de « Toi, moi & Morrissey », réside actuellement en Lorraine © LPC| Audrey Fourrier


Fines lunettes, regard doux, allure tranquille, Arnaud Huber est bien éloigné du cliché du fan de rock prêt à tout pour un lambeau de la chemise pleine de transpiration de son idole. Amoureux du rock, il se défend d'être un fan hystérique : « Ce qui compte pour moi c’est la musique, c’est le culte de ce que le musicien produit, pas de sa personne. » C’est en feuilletant Je, la mort et le rock’n’roll de Chuck Klosterman qu’il prend conscience de la façon dont la musique influe sur sa vie. « Il dit dans son livre exactement ce que je pense : on ne peut pas vivre sans musique. » Cette pensée simple et limpide, bateau dira t-on, il faut bien en comprendre toutes les facettes. Ce qu’Arnaud Huber retrace, c’est notre relation à la musique : « Écouter de la musique n'est pas un passe-temps. Écouter de la musique est un acte de foi. C’est croire que certaines chansons ont le pouvoir de changer le cours de notre existence. »

Faire de son premier livre une autobiographie c’est culotté. A moins qu’on soit pressé de quitter cette planète. Toi, moi & Morrissey c'est une rencontre entre un individu et celui qu’il considère comme son Sauveur (et la majuscule est volontaire). Arnaud Huber a été victime d’une intrusion, marqué au fond de sa mémoire, à son insu en plus. Morrissey, chanteur des Smiths, s'est imposé un jour dans son cerveau, l’a pénétré par toutes ses émotions, a décidé de coucher là, et de ne plus jamais en partir. Tout cela qui semble extraordinaire, Arnaud Huber l’a remarqué longtemps après les faits. Mais de façon limpide et claire, au concert de Morrissey aux Eurockéennes de 2006, un « soir de quart de finale de coupe du monde entre la France et le Brésil », l'auteur prend conscience de la vieille présence du chanteur dans son existence. Le livre alterne alors les flash-back entre ce concert « révélateur » et des bribes de vie parfois enfouies dans l'inconscient. Un texte où les voix se succèdent : retour sur existence, en coulisse avec un Morissey « capable de donner l'impression que chaque interprétation est peut-être définitive » ou en plein milieu du public au pied de la scène du concert


Let me kiss you
Arnaud reprend le fil de sa jeune existence, et considère les chansons qui ont bouleversé sa vie. Et à chaque fois, le même constat, c’est une chanson de Morrissey (le Moz pour les fans) qui accompagne toutes les étapes de sa vie, déboires et plaisirs amoureux. Puisqu’au fond la vie c’est ça. Eh bien réfléchissez, vous aussi, pour ces moments-là de la vie, il y a une musique en tête, de Morrissey ou d’un autre peu importe. « La musique s’insinue en nous sans qu'on s’en aperçoive. On croit pouvoir en maîtriser les effets sur notre psyché mais c’est faux. Jouer les prosélytes pour tenter de convertir les autres à nos goûts peut nous en donner la vague et éphémère impression. » Lumière noire de la musique quand elle accompagne la honte de soi, reprenant Let me kiss you de Morrissey à son compte : « Ferme les yeux, pense à quelqu'un que tu admires physiquement, et laisse-moi t’embrasser. Mais ensuite tu ouvres les yeux et tu vois quelqu’un que tu trouves physiquement repoussant, mais mon cœur est ouvert, mon cœur est ouvert à toi. »


Dans Toi, moi et Morrissey, Arnaud Huber ne fait écran entre sa réalité et ce qu’il écrit, il raconte tout en transparence : les joints au cannabis avant le concert, son seul baiser à un garçon, l’impuissance à casser la gueule de celui qui le fait cocu, ses échecs amoureux, des rondeurs pas assumées. Qu’il me pardonne, tout est public ! Cette transparence assumée, ce regard sur soi-même, cette impudeur affichée, c’est un miroir dans lequel en tant que lecteur je me suis vu aussi. Mes hontes, mes espoirs et le ridicule qui colle à la peau, dont on apprend joliment qu’il est une « preuve d’amour ». C’est un petit livre, on l’emporte, on ne l’oublie pas comme ça. C’est comme une vieille chanson. On y repense en écoutant la radio dans la voiture. On a envie de se racheter un vieux radio-cassette. Et en bonus du livre, comme sur tout album qui se respecte aujourd’hui, la playlist à lire des tous les artistes qui nourrissent le récit, une sorte de discothèque idéale du rock.


Remonter en haut de la page

LE BLOG MUSICAL
  DE CREWKOOS

BEAU ET SENSIBLE

Un roman à l’opposée de ce que l’on pouvait craindre, pas de fanatisme aveugle et érudit, pas d’histoires adolescentes cucul la praline, mais des souvenirs en pagailles qui vous reviennent à la figure, des “déja vu”, des sourires complices à l’auteur...


Houlaaaa alors voilà donc un bouquin écrit par un fan de Morrissey ? Avant même d’en ouvrir les pages, le peu que l’on puisse dire est que l’on craint le pire. Un fan de Morrissey, après tout que peut-il y avoir de pire, quel genre de fan peut-il être plus “fanatisé” qu’un trentenaire fan de Morrissey. Je ne parle pas ici de fans pré-ados qui adorent leurs idoles parcequ’elles sont “trop craquantes” non, ces fans-là on sait à quoi s’en tenir, on se garde bien de les juger parce qu’on en est tous un peu passés par là, mais les fans trentenaires qui ne se sont toujours pas remis de leurs admirations de jeunesse, là, oui là vraiment on est en droit de frisonner d’horreur !

C’est donc un peu à reculons que l’on se lance donc, en tous cas dans mon cas, dans la lecture de ce Toi, Moi & Morrissey. Mais très rapidement on se rassure, non, Arnaud Huber n’a rien d’un fan maniaque du Mose, et encore moins des Smiths, disons qu’il les a croisés toute sa jeunesse mais qu’il n’en a fait connaissance que sur le tard. Tout celà ne l’empêche pas de se rendre assister au concert de Morrissey aux Eurokéennes un jour de coupe du monde de foot.

C’est de là que, naviguant d’Echobelly à Superdiscount, d’A-ha à Veruca Salt, Arnaud Huber remonte le cour de sa mémoire sentimentale. Ses premiers émois et son adolescence complexée, peines de coeurs et passions brulante, tout le monde s’y retrouvera un peu dans cette histoire. Allant et venant de la 1ere à la seconde personne du singulier, le récit semble présenter 2 personnages, un Arnaud actuel, les 2 pieds plantés dans la boue du festival dans l’attente du quart de final France Brésil et son double passé. 2 voix qui donnent du relief au récit, constitué, on s’en doute donc, de nombreux flashbacks.

Que vient faire Morrissey dans tout celà ? et bien Arnaud en est un fan discret, plutôt que fan d’ailleurs, disons qu’il l’apprécie et, au fur et à mesure des pages on le comprend de mieux en mieux (on comprend Arnaud je veux dire, enfin, à la réflexion, on comprend aussi qu’Arnaud apprécie Morrissey). Tout comme les textes et la musique du chanteur, dont je suis très loin d’être un spécialiste et dont je me permettrais de parler plus par impression que par réelle érudition, donc, tout comme les textes et la musique des Smiths, l’histoire d’Arnaud est toute empreinte de nostalgie, de mal être adolescent et de rébellion en chambre, d’occasions manquées, de timidité et de romantisme bien sûr. La sensibilité et le romantisme de l’auteur sont idéalement illustrés par une plume touchante, sans être maladroitement larmoyante ou exagérément torturée.

Finalement on se retrouve avec un roman à l’opposée de ce que l’on pouvait craindre, pas de fanatisme aveugle et érudit, pas d’histoires adolescentes cucul la praline, mais des souvenirs en pagailles qui vous reviennent à la figure, des “déja vu”, des sourires complices à l’auteur quand bien même vous auriez peut être plutôt opté pour Toi, Moi & James Hetfield ou Toi, Moi & Bob Marley en premier choix.

Un style au service d’une émotion, une musique au service d’une vie, c’est un peu tout celà Arnaud Huber et çà fait chaud au coeur !

http://crewchro.blogspot.com/2010/10/arnaud-huber-toi-moi-morrissey-2010.html?spref=fb


Remonter en haut de la page

Disons-le tout net : je ne suis pas un grand fan de Morrissey, loin s’en faut. Et on s’en fout.

Car à défaut de partager avec Arnaud Huber un attachement particulier à l’ex-chanteur des Smiths, je partage ce qu’il écrit dans son roman Toi, Moi & Morrissey. Car ce livre parle avant tout du rapport privilégié qu’on peut tisser avec la musique, ce qu’elle procure, la façon dont elle accompagne nos existences, les souvenirs auxquels elle renvoie, ces grands et ces petits riens d’une vie.

Organisé sous forme de multiples flashback, Toi, Moi & Morrissey alterne entre le récit d’un concert de Morrissey aux Eurockéennes en 2006 et des épisodes de la vie d’un jeune homme, un adolescent qui vit certaines expériences décisives au rythme d’albums et d’artistes tels que les Pixies, Echobelly, A-ha, The Smiths et – évidemment – Morrissey. Chacune des chansons du setlist de Morrissey, ce soir du quart de finale de Coupe du Monde qui opposa la France et le Brésil, fait resurgir des souvenirs sentimentaux, ramène à des épisodes de la construction affective de ce garçon (dont on suppose qu’il comprend plein de morceaux d’Arnaud Huber…). Les dates importantes trouvent leur bande-son, qu’elles évoquent des périodes douloureuses, joyeuses ou juste formatrices.

Ce roman sensible, à la nostalgie et la mélancolie discrètes, est un hommage réussi à la musique, pop ou rock, une déclaration d’amour pudique et sincère à cette compagne des moments forts de la vie. Arnaud Huber porte également un regard bienveillant et honnête sur les maladresses touchantes dont peut se rendre coupable un adolescent en pleine construction.

Toi, Moi & Morrissey est aussi et surtout un témoignage de fan, renvoyant fréquemment à des textes de Morrissey dont on connait l’importance pour des milliers de gens. Ce roman aurait pu s’intituler Toi, Moi & Michael Stipe, Toi, Moi & Robert Smith ou Toi, Moi & Jean-Jacques Goldman (mais cette dernière hypothèse aurait assurément été pénible à lire…)

Je ne connais pas personnellement Arnaud Huber ; pourtant je le connais quand même. Je retrouve dans son roman le chic type qui transparaît dans les échanges attentifs et fidèles entretenus depuis quelques temps par le biais de célèbres réseaux sociaux. Parfois, il n’est pas nécessaire de se connaître pour se reconnaître.

Et je me suis reconnu à de nombreuses reprises dans son roman. Tous ceux qui ont démarré une longue histoire très personnelle et parfois obsessionnelle avec la musique ressentiront également cette douce impression à la lecture de Toi, Moi et Morrissey. Qu’ils aiment A-ha ou Scorpions importe peu.

Publié le 30 septembre 2010 par (A)

Toi, Moi et Morrissey - Arnaud Huber
(Editions Autour du Livre – collection Récits Rock)
12,00 € (c’est pas cher pour un chouette texte derrière une très belle couverture…)

http://polychroniques.wordpress.com/2010/09/30/arnaud-huber-toi-moi-morrissey/

Remonter en haut de la page

Ancien rédacteur des pages Concerts de Spectacles, Arnaud Huber laisse libre cours à ses passions pour l’écriture et la musique sur les 144 pages de Toi, moi & Morrissey : prenant comme point de départ le concert de l’ex-chanteur des Smiths aux Eurocks en 2006, ce roman interroge les relations intimes qui existent entre la musique et tout ce qui construit l’existence, la mémoire et l’inconscient... Voilà de quoi toucher un coeur de rocker au plus profond.

12€ - Éditions Autour du livre / Coll.Récits Rock - www.adlivre.com

Remonter en haut de la page

  Les choix d'Emilie - samedi 4 septembre 2010

  "Un livre fabuleux et rock'n'roll..."
   Ecoutez le son de la chronique d'Emilie...

Remonter en haut de la page


DEDICACES & SALONS

dimanche 3 juillet 2011 - Eurockéennes de Belfort (Fnac Café)
vendredi 18 mars 2011 - salon du livre de Paris
samedi 6 novembre 2010 - librairie Hisler Even

Arnaud Huber a dédicacé "Toi, Moi & Morrissey" le vendredi 18 mars 2011 au Salon du livre de Paris. Voici quelques photos vraiment épatantes prises par lui lors des rencontres avec ses lecteurs :

Et quelques photos d'Arnaud Huber :




Arnaud Huber a dédicacé "Toi, Moi & Morrissey" le samedi 6 novembre 2010 à la librairie Hisler Even à Metz. Voici quelques photos vraiment épatantes prises par lui lors des rencontres avec ses lecteurs :



 

Remonter en haut de la page

Retour à la page d'accueil