Collection Récit rock

Le rock n’est pas uniquement un divertissement, c’est aussi une culture.

Les RECITS ROCK comptent 4 titres dont la langue personnelle, élégante et forte investit le champ de la littérature tout en servant une réflexion intime sur notre rapport au rock.

Récits rock est une collection de romans, nouvelles et récits se déroulant dans l’univers du rock. Elle vient compléter les trois autres collections éditées par Autour du livre : Les cahiers du rock (essais, études), Images du Rock (peintures, photos, dessins) et Documents rock (témoignages, entretiens, autobiographies…).

Le premier titre a paru en septembre 2008. Entre récit initiatique, autofiction et délire fantasmatique, Dave Grohl est l’homme de ma vie , par Clarisse Mérigeot (Presse People, 2010), explore, dans une langue forte, fulgurante et précise, différentes facettes de la condition de fan.

Le deuxième titre de la collection, Toi, moi & Morrissey, a paru en septembre 2010. À l’occasion d’un concert du chanteur Morrissey (ex-leader des Smiths) aux Eurockéennes de Belfort, l’auteur Arnaud Huber s’interroge, comme dans une partie de Cluedo, sur ce qui a bien pu le faire devenir fan de Morrissey, et sur les relations complexes entre musique et mémoire.

Le troisième titre, 5 Bis, est un récit d’Aude Turpault qui, entre 13 et 18 ans, fut une amie intime de Serge Gainsbourg et une habituée du 5 bis rue de Verneuil. Elle raconte leur relation amicale devenue quasiment une relation père-fille, et comment la jeune fan s’est muée en muse.

Le quatrième titre, Come-back, est un polar rock jubilatoire. La mort rode dans le backstage à chaque étape de la tournée de la dernière chance pour Dom V et ses Trois Cylindres. Il a paru en septembre 2011.

Dave Grohl est l'homme de ma vie
Toi, moi & Morrissey
5 Bis
Come-back

Une mission gravée… dans le Rock

Toi , Moi & Morrissey« Il y a des textes qu’on ne peut pas laisser passer. Quand, en 2008, je reçois de Clarisse Mérigeot qui n’a encore rien publié, le manuscrit de Dave Grohl est l’homme de ma vie, c’est un choc. Un texte court, coup de poing, qui décrit avec une justesse l’urgence et la prédominance de l’obsession monomaniaque que tout fan ressent pour son idole. Il exprime aussi toute la violence de l’adolescence, lorsque l’esprit et la conscience ne sont pas encore complètement formé et que les hormones viennent bousculer toute la construction identitaire. Sa langue n’est pas celle d’un essai thématique mais celle de l’autofiction, du roman, ayant son propre rythme, son vocabulaire, son style. Il représente alors précisément l’idée que je me fait de la littérature rock, celle qui éveille la conscience et bouscule en même temps. Je me suis donc servi de ce (pré)texte pour créer cette nouvelle collection.

Un an plus tard, je reçois d’Arnaud Huber, un rédacteur publicitaire au sens de la formule très sûr, le manuscrit de Toi, Moi & Morrissey. Là encore, je suis séduit. Peu importe que l’on soit fan ou non de l’ancien chanteur des Smiths (je ne le suis pas), il suffit de remplacer son nom par celui de votre choix, de votre idole personnelle, pour percevoir toute la pertinence et la lucidité de son récit sur le thème du rapport entre la musique et notre vie quotidienne et intime et notre mémoire. Jugez plutôt : « Pour surmonter une rupture amoureuse, se tirer d’une conversation mal engagée, les chansons sont d’imparables antisèches, des bouées de sauvetage, des ambulances, des vitres à briser en cas d’urgence. »

Le livre d’Aude Turpault fut lui aussi une évidence. D’ailleurs, il avait déjà été publié et était épuisé. Même s’il s’écarte un peu du rock à proprement parler, il compense par son incroyable qualité littéraire. Aude y parle de Serge Gainsbourg sans jamais citer son nom, ni le sien. Et pourtant, ils furent pendant cinq ans, au  5 bis rue de Verneuil, comme père et fille, un artiste et sa muse. La façon dont Aude Turpault parvient à exprimer simultanément force et délicatesse, pudeur et mise à nu, est proprement déconcertant. C’est à ce jour son seul livre et c’est bien dommage. Il faut dire qu’elle a mis dix ans à sortir ses tripes et son cœur pour les publier dans la première édition, que nous avons ensemble enrichie et illustrée pour cette seconde édition.

L’association entre polar et rock est encore une évidence, tant l’histoire du rock a compté de faits divers, tant le rock est associé à la violence. Au-delà de la petite intrigue, bien ficelée, et des nombreux cadavres, c’est le monde des tournées de ces petits groupes cherchant à vivre ou survivre de leur musique et de leur passion que décrit à merveille dans Come-back Gilles Poussin, qui participa autrefois à une tournée du célèbre Link Wray. Dans le backstage des petites salles de province glauques et le van qui transporte le groupe de ville en ville, on sent la fumée, la sueur et la poussière… »

Hugues Barrière
éditeur